PECS

1 février 2014 dans Méthodes d'apprentissage - 15 commentaires

Post image for PECS

La méthode PECS (Picture exchange communication system) existe depuis 20 ans aux Etats-Unis et commence tout juste à se faire connaître en France.

A l’origine: Un couple

Le psychologue et thérapeute comportementaliste: Andy Bondy accompagné de sa femme Lori Frost: orthophoniste. C’est en 1985 après avoir été éprouvé dans le cadre d’un programme pour les jeunes enfants autistes de l’Etat du Delaware aux Etats-Unis que le PECS voit le jour. L’idée d’un échange d’images pour communiquer, plus simple que le langage oral pour ces enfants autistes devient évidente.

En effet, depuis plusieurs années, Bondy et Frost, travaillent ensemble sur un programme pour aider les jeunes enfants autistes à communiquer. Ils développent donc la méthode PECS pour pallier aux difficultés de communication et d’enseignement qu’ils rencontrent avec ces enfants.

Qu’est-ce que la méthode PECS ?

  • La méthode PECS est un système de communication par échange d’images qui vise à développer les capacités à communiquer.
  • Elle s’adresse aux enfants et aux adultes de tout âge,
  • Présentant un syndrome autistique, des troubles envahissants du développement,
  • ainsi qu’à toute personne ayant des difficultés de communication et d’interaction sociale qui empêche le développement d’un langage fonctionnel.
  • Elle n’a rien de difficile et nécessite simplement un environnement approprié, ainsi que le respect des différentes étapes qui la caractérisent.

Communication par échange d’image

L’objectif de cette méthode est d’inciter la communication avec autrui, apprendre à demander des objets désirés (un ballon, des chaussures, etc…), à poser et à répondre à des questions, à faire des commentaires, etc.. en échangeant des images pour obtenir les objets ou les activités désirés avec l’aide d’un partenaire de communication et d’un incitateur physique. Progressivement de nouvelles compétences sont introduites pour arriver à ce que l’enfant utilise le PECS de manière indépendante dans des environnements variés et avec différentes personnes. A l’usage, le PECS aide souvent la personne à amorcer le langage oral.

Quel est le procédé?

Phase I

Phase de l’échange physique

Lors de cette 1ère phase représentant l’échange physique, l’enfant apprend à prendre en main l’image ou la représentation de l’objet de son choix, à se diriger vers son instructeur et à déposer l’image dans la main de son instructeur. (l’instructeur peut être un parent ou tout autre personne, frère/sœur, informé du système et entraîné à l’utiliser avec l’enfant autiste). Les images n’ont pas d’importance car c’est la notion d’échange qui est privilégiée. Utilisez des images génériques , plutôt que des photos pour aider l’enfant à généraliser.

Les objectifs de cette première phase étant :

  • de comprendre qu’il est possible de communiquer par échange d’images.
  • d’apprendre qu’à un objet/une activité et associé une image/un pictogramme (ex : je donne l’image bonbon, j’obtiens un bonbon)

Entraînement:

  • Utiliser une seule image à la fois et un seul objet correspondant à l’image. Dans cette phase deux intervenants sont nécessaires, l’un se place derrière l’enfant, l’autre devant. Quand l’enfant initie le geste pour prendre l’objet désiré, l’adulte derrière va guider le geste de l’enfant pour lui faire prendre l’image et la donner à la personne devant lui. Cette dernière tend la main vers l’enfant pour l’aider à comprendre ce qu’on attend de lui.
  • Vous devez passer d’une guidance physique complète à une guidance physique réduite. Qu’est ce que la guidance…

Phase II

Apprentissage de la spontanéité

Lors de cette deuxième phase, l’enfant apprend à se diriger de lui-même vers son tableau ou livret de communication, à en retirer l’image désirée, à se diriger vers l’adulte pour lui remettre lui-même la représentation: c’est l’étape d’apprentissage de la spontanéité. Les images n’ont pas d’importance car c’est la notion d’échange qui est privilégiée. Utilisez des images génériques , plutôt que des photos pour aider l’enfant à généraliser.

Entrainement:

  • Utilisez un tableau de communication sur lequel vont être placées les images.
  • Durant la phase II, l’enfant apprend à aller à son tableau de communication, à prendre l’image de l’objet désiré et va la porter à l’adulte. L’adulte doit replacer l’image sur le tableau.
  • Progressivement, la distance entre l’enfant, son classeur et l’adulte est augmentée pour renforcer la motivation à initier un échange.

Phase III

Phase de discrimination

Lors de la phase trois dites de discrimination, l’enfant apprend à discerner les images et à sélectionner celle qui correspond à l’objet désiré. Il apprend à faire son choix parmi plusieurs possibilités. Il apprend à sélectionner une image parmi d’autres, et est capable de se diriger vers la personne avec qui il veut entrer en communication et de lui remettre l’image.

L’objectif de cette phase étant pour l’enfant:

  • de choisir l’image appropriée parmi d’autres images sur son tableau de communication
  • de discriminer entre une image appropriée et une image non appropriée
  • de choisir entre 2 images d’objets préférés.

Lors de vos entrainements, changez régulièrement la position des images afin que le repérage ne soit pas basé sur la position des images.
Utilisez un nombre de plus en plus étendu d’images en s’assurant que l’enfant prend bien la bonne.

Phase IV

Apprentissage de la structure d’une phrase

Lors de cette quatrième phase dite: Apprentissage de la structure d’une phrase, l’enfant apprend à faire une phrase structurée pour formuler sa demande, à demander des objets (présents ou absents de son champ de vision) par l’utilisation du pictogramme « Je veux » qu’il place sur un velcro suivi de l’objet qu’il désire. L’enfant apprend à retirer l’objet désiré pour le remettre à celui avec qui il veut entrer en communication.
A cette étape, l’enfant doit être capable de communiquer avec environ 50 images et un nombre assez varié d’interlocuteurs.

Entrainement:

  • A l’aide d’un carton phrase et du pictogramme « je veux » déjà en place, guidez l’enfant à placer l’image de l’objet désiré à coté du picto « je veux », et donner le carton à son interlocuteur. Tournez le carton vers lui et lui lire la phrase en pointant les images. Lui faire accéder à sa demande quelques secondes, puis faire disparaître l’objet. Estomper la guidance au fur et à mesure.
  • A l’aide d’un carton phrase et du pictogramme « je veux » non placé, l’enfant doit déplacer le pictogramme « je veux », le  mettre sur le carton phrase, placer l’image de l’objet désiré à côté et donner le carton à son interlocuteur. Tournez le carton vers lui et lui lire la phrase en pointant les images. Utilisez la guidance puis estomper la au fur et à mesure. Lui faire accéder à sa demande quelques secondes, puis faire disparaître l’objet..
  • Lorsque la compréhension de l’association « je veux » plus objet désiré est bien acquise et effectuée seule en votre présence, éloignez vous petit à petit du carton phrase et de l’enfant pour que celui ci vienne vous donner le carton phrase. Tournez le carton vers lui et lui lire la phrase en pointant les images. Lui faire accéder à sa demande quelques secondes, puis faire disparaître l’objet.
  • Conseil: Vous pouvez par exemple, utiliser des codes couleurs, attribués aux pictogrammes, selon leur  fonction (ex : le pictogramme « sujet » est encadré en rouge, le pictogramme « verbe » en bleu, etc.).
    Qu’est ce que la Guidance…

Phase V

La demande autonome

La phase cinq correspondant à la demande autonome par l’enfant, et à sa capacité à répondre à la question « Qu’est-ce que tu veux ? »

Entrainement:

  • En utilisant le carton phrase et l’image « je veux » , l’adulte pointe l’image « je veux » et demande à l’enfant « qu’est-ce que tu veux ? », petit à petit il diminue la guidante physique du geste de pointage de l’image, pour le supprimer complètement.

Phase VI

Lors de cette phase, l’enfant apprend à faire des commentaires spontanés ou provoqués sur son environnement. A ce stade, il apprend à répondre correctement à des questions du type : « Que veux tu ? » « Qu’as tu dans la main ? » « Que vois tu? », ou à des questions similaires lors d’une discussion (et non dans le cadre d’un exercice).

Entrainement:

il faut amener l’enfant à répondre aux questions:

  • « Qu’est-ce que tu veux ? »
  • « Qu’est-ce que tu vois ? »
  • « Qu’as tu dans la main ? »…

Utilisez des renforçateurs tangibles (objet, nourriture, etc…) et sociaux (bravo, très bien etc…) chaque fois que l’enfant réussit à compléter un échange ou tente de le faire.
Qu’est ce qu’un renforçateur…
Accéder à une liste de renforçateurs…

Utilisez la guidance  physique avec le pointage, puis diminuez la progressivement en alternant les questions posées.
Entraînez l’enfant à répondre successivement aux questions « qu’est-ce que tu vois ? » et « qu’est-ce que tu veux ? ».

Pour développer plus en détail ces six phases le manuel de formation au système PECS, traduit en français par Chantal Brousse, orthophoniste, et disponible sur le site de l’A.F.D.

La méthode PECS apporte t’elle vraiment des résultats ?

Le 8 avril 2003, La première étude empirique à se pencher sur la méthode PECS ( Picture Exchange Communication System) confirme les différents témoignages en faveur de la grande efficacité du programme dans plusieurs domaines. Ce système de communication par échange d’images favoriserait en effet l’acquisition d’aptitudes à communiquer et le développement du langage parlé, en plus d’améliorer les habiletés sociales et de réduire les problèmes de comportement.

Référence: “Using the picture exchange communication system (PECS) with children with autism: assessment of PECS acquisition, speech, social-communicative behavior, and problem behavior”. Charlop-Christy MH, Carpenter M, Le L, LeBlanc LA, Kellet K., Journal of applied behavior analysis, Vol. 35, No. 3, Fall 2002, 213-31.

En 2012 la HAS (Haute Autorité de Santé), rend son rapport et préconise elle aussi l’utilisation de méthode comportementale, cognitive et de communication telle que le PECS pour le traitement de l’autisme.

OUI après 20 ans de pratique du PECS, on peut dire que 75 % des enfants de moins de 7 ans qui ont utilisé la méthode PECS ont pu accéder au langage. Cette méthode permet aussi de diminuer voir de faire disparaitre les troubles du comportement.

Aujourd’hui, le PECS est pratiqué dans 27 pays et s’applique sans problème chez des enfants autistes, dès 10 mois.

Si vous avez aimé l'article, partagez-le !

{ 15 commentaires… les lire ci-dessous ouen ajouter un }

Elisabeth 30 mars 2016 à 22 h 00 min

Bonsoir mon frère et autiste ne parle pas il a 23ans il n et pas autonome ces méthode peuvent telle fonctionner pour lui merci de votre reponse

Répondre

Agir Pour l'Autisme 5 avril 2016 à 21 h 28 min

Bonsoir Elisabeth, la méthode de communication par l’image, couramment appelée PECS peut être mis en place avec un adulte. Il suffit auparavant que l’aidant suivre quelques formations sur la méthode. Renseignez vous des formations sur le site de PECS france.

Répondre

Johan 16 mai 2016 à 11 h 26 min

Bonjour,
Je suis enseignant et vais accueillir trois enfants à besoins particuliers dans ma classe l’année prochaine (une enfant autiste et deux présentant des troubles du langage). Je me suis renseigné pour suivre la formation PECS qui m’intéresserait beaucoup mais je la trouve excessivement chère: 450euros. Y a-t-il un moyen de se former seul? Existe-t-il des ouvrages ou des conférences en ligne pour pouvoir utiliser cette méthode à moindre coût?

Merci.

Répondre

Agir Pour l'Autisme 25 mai 2016 à 15 h 13 min

Bonjour Johan, et bravo pour votre engagement. Essayer de regarder également les formations sur votre région qui porte sur la communication par échange d’images ce qui correspond au PECS. Parfois en vous reprochant et en adhérent à une association, vous pouvez également avoir des tarifs préférentiels, si cette dernière met en place des formations, c’est ce que nous faisons en Drôme pour nos adhérents. Si non, essayez de vous renseigner auprès de l’Education National, pour savoir si cette formation peut entrer dans votre plan de formation professionnel et être pris en charge pour partie ou en totalité, certains organismes sont agrées avec l’EN. A bientôt

Répondre

nicole 3 août 2016 à 10 h 06 min

bonjour,
Je travaille en crèche et nous accueillons une petite fille présentant le syndrome de Dravet et ne parle quasiment pas Le pecs à été mis en place pour cette petite fille et l’équipe pense qu’il serait peut-être bon de le mettre en place pour tous les enfants de la structure quand pensez-vous ?

Répondre

Agir Pour l'Autisme 30 août 2016 à 15 h 22 min

Bonjour Nicole, la méthode PECS et un système de communication par échange d’image, elle est plus simple que la communication orale pour les enfants avec autisme et primordiale si le langage oral ne se développe pas ou très peu, c’est le cas pour la petite fille que vous accueillez. En ce qui concerne les autres enfants, la méthode Pecs peut être pour eux un bon moyen d’inciter la communication avec les autres, de développer la demande, de poser des questions etc… Elle peut tout a fait compléter un enseignement traditionnel surtout que vous travaillez avec de très jeunes enfants.

Répondre

Bedoum 15 septembre 2016 à 9 h 08 min

Bonjour,

J’ai personnellement entrepris de suivre toutes les formations au sein de PECS France (PECS avancé, opérants verbaux, ABA…etc.). Mon objectif était de recevoir des connaissances solides avant d’intégrer un établissement qui accueillait des adultes TSA, TED ou handicap apparenté.
Je suis désormais aide médico-psychologique au sein d’un établissement qui refuse catégoriquement de développer les nouvelles approches qui, selon la direction et la Psychologique sont, je cite : « Des dérives à l’américaine ».
Pourtant, je constate quotidiennement que les adultes que nous accueillons ont de sévères difficultés à communiquer, les éducateurs sont constamment dans l’interprétation.

Auriez-vous des conseils pour convaincre ?
J’ai bien précisé que le PECS faisait désormais partie dès recommandations de bonne pratique mais on m’a répondre : « Recommandations ! Pas obligations ».

Répondre

Agir Pour l'Autisme 5 octobre 2016 à 19 h 38 min

Bonjour Bedoum, c’est remarquable d’avoir suivi des formations adaptées à la prise en charge des personnes avec autisme. A l’heure actuelle, la position de votre établissement est irresponsable, il serait préférable de contacter la Haute autorité de Santé, car il semble que votre établissement ne semble pas du tout prêt à vous écouter. Un avertissant venant de l’HAS fera peut être plus d’effet.
A bientôt

Répondre

Emma 2 octobre 2016 à 15 h 26 min

Bonjour,
Merci pour cet article qui explique bien le fonctionnement de la méthode PECS. Vous écrivez que l’on peut retrouver en détail les six phases du fonctionnement de cette méthode, traduit par Chantal Brousse, sur le site de L’AFD. Or, je ne parviens pas à trouver ce document, auriez vous un lien ?
je vous remercie

Répondre

Agir Pour l'Autisme 5 octobre 2016 à 19 h 30 min

Bonjour Emma, nous vous remercions pour vos encouragements. Effectivement l’AFD ne le propose plus. Malheureusement nous n’avons pas d’autre fournisseur à vous proposer. Chantal Brousse dispense désormais des formations avec Pyramid PECS France, tel. 01 43 59 06 88, peut être aurez vous plus de chance en les contactant.
A bientôt

Répondre

laetitia 4 octobre 2016 à 20 h 37 min

bonsoir je suis tomber sur votre site par hasard et c’est la méthode qu on enseigne a mon fils de 11ans qui se trouve en ime

Répondre

bonros 6 janvier 2017 à 13 h 37 min

J’aimerais m’inscrire pour une formation en pecs pour pouvoir aider mon fils de 29 mois. A qui dois je m’adresser.

Répondre

Agir Pour l'Autisme 11 janvier 2017 à 9 h 35 min

Bonjour, si vous êtes en métropole, vous pouvez vous renseigner sur le site de Pecs France, voici le lien vers leurs formations Pecs
https://www.pecs-france.fr/listing.php

Répondre

Vin 24 mai 2017 à 9 h 32 min

Bonjour, je travaille dans un hébergement pour personnes adultes handicapées . La difficulté que je rencontre est que chaque profil est différent et que chaque personne a eu accès à des méthodes de communication différentes. Ma collègue logopède et moi aimerions adapter voire créer une méthode adaptée à chacun mais comprise de tous. J’en viens donc à ma demande, est-il possible d’associer la méthode Pecs à la langue des signes? Ou à d’autres moyen de communication ?
J’espère avoir été claire.
Merci!
Vinciane

Répondre

Agir Pour l'Autisme 4 juin 2017 à 20 h 56 min

Bonjour Vinciane, il est tout à fait possible d’associer le pecs et la langue des signes. Lorsque vous signez associez systématiquement l’image au signe correspondant. N’hésitez pas à répéter votre association 3 fois de suite avec quelques secondes d’intervalle. Très belle initiative

Répondre

Postez un commentaire !

Chercher parmis tous les articles :